• Grandes cultures

Cas-types Grandes

Les cas-types CONVERSION « grandes cultures biologiques sans élevage » sont des modélisation du passage en bio s’appuie sur des données issues de fermes régionales réelles. Un assolement conventionnel couramment mis en place sur les 8 sols différents a été décrit. Puis il a été imaginé que l’ensemble des parcelles en conventionnel soit convertie en agriculture biologique. Les experts du pôle conversion ont alors proposé des successions de cultures et des changements d’itinéraires techniques nécessaires et adaptés à ces sols, pour chacune des années de la période de conversion. Enfin, les changements techniques et économiques induits par la conversion ont été calculés et analysés.


Lire la suite


Résultats des essais association céréales-protéagineux

Les résultats des essais mis en place par Agrobio Poitou Charentes avec ses partenaires (opérateurs économiques et Chambres d’Agriculture) en 2015 sur les associations céréales-protéagineux donnent des résultats encourageant pour limiter les risques de l’implantation de la culture de protéagineux.


Lire la suite


Fertilisation azotée en maïs grain

Aucun essai sur la fertilisation du maïs bio n’a été mené en ex-Poitou-Charentes jusqu’à aujourd’hui. Ceci s’explique par une sole maïs faible chez les agriculteurs bio de l’ancienne région. L’arrivée d’un nouveau profil de producteurs en conversion avec une part plus conséquente de maïs dans leurs assolements fait ressortir des interrogations sur l’optimisation de l’azote sur cette culture. En culture de printemps, bien que l’efficience des apports organiques soit connue au niveau national, l’expérimentation in situ doit permettre d’affiner la courbe de réponse. Un des freins techniques à la réussite de la culture de maïs est la concurrence au démarrage entre les adventices et la culture. La vigueur de départ du maïs est un élément clé qui dépend de la variété mais certainement aussi des pratiques de fertilisation (choix de produits, localisation sur le rang, date d’apport…) Un essai a été réalisé à Bernac (16), sur une parcelle de limon sableux, sur un précédent colza, par la Chambre d’Agriculture de Charente et la FRAB Nouvelle -Aquitaine.


Lire la suite


Produire du blé tendre de qualité meunière

Le Civam bio des Landes a analysé les résultats des différents essais menés sur les associations céréales-protéagineux réalisés par le réseau bio régional. Les essais sur le terrain ont été pilotés par l’équipe d’Agrobio Poitou-Charentes, il est donc à espérer que d’autres études puissent se réaliser les prochaines années en étendant le territoire de recherche afin de prendre en considération d’autres conditions pédo-climatiques. Les résultats analysés nous ont permis de mettre en évidence un ensemble d’atouts agronomiques et économiques : a Un gain de rendement significatif en association par rapport au blé tendre en pur ; a Une amélioration de la teneur en protéines de l’ordre de 1 à 2 points ; a Une meilleure couverture de sol en culture et donc un salissement moindre ; a Une amélioration de la marge brute par rapport au blé tendre pur. Par contre, en association la part de blé tendre dans le rendement final est faible. De l’ordre de 30% à 50% suivant le protéagineux avec lequel il est associé. Ces résultats ne sont pas satisfaisants pour la filière qui est à la recherche de blé tendre de qualité meunière.


Lire la suite



Qui sommes-nous ? | Contact | Plan du site
Conception & Réalisation : La Compagnie Hyperactive