• Des références techniques et économiques

Mettre en marché des céréales et oléoprotéagineux bio dans un contexte de développement des conversions.

Le marché des produits alimentaires biologiques connaît une forte croissance de la consommation. En 2015, il a gagné plus de 10% par rapport à 2014 pour atteindre 5,5 milliards d’euros en France. Les pouvoirs publics ont mis en place un système d’aide à la conversion qui devrait favoriser les nouvelles conversions en France et en ALPC. Cette région est au 2èmerang en nombre d’exploitations bio et au 3ème rang en surfaces bio. Au total, plus du quart de la surface bio de cette région est couvert par des grandes cultures, dont les 2/3 par des céréales. Si la croissance globale du marché est réelle, ses besoins peuvent varier très sensiblement d’un produit à un autre. Aussi, il faut dès à présent anticiper l’arrivée de ces surfaces et volumes en conversion vers l’AB et surtout les ajuster au plus près des besoins précis du marché pour chaque catégorie de produit agricole


Lire la suite


Vague de conversions bio en 2015 et 2016. Quelles répercussions sur les marchés ?

Les opérateurs économiques souhaitaient mieux connaitre les productions bio et en conversion emblavées entre juillet 2014 et début 2016. Pour répondre à leur demande le Pôle conversion bio a réalisé une étude prospective pour connaitre les assolements et prévisions de cheptel des agriculteurs engagés en bio sur les campagnes PAC 2015 et 2016. Les résultats n’amènent pas d’inquiétudes particulières car la demande augmente toujours en lait, viande et grandes cultures. Un bémol cependant sur ces dernières car la quantité de C2 sera importante en 2017 à cause des conversions 2015/2016 et une partie de cette production en conversion sera sans doute orientée dans la filière conventionnelle.


Lire la suite


La bio une stratégie gagnante pour les agriculteurs et pour les entrepreneurs.

Retrouvez dans cette article le diaporama présenté le 3 novembre 2016 à Vouillé lors du lancement du Mois de la bio.


Lire la suite


Des cas types grandes cultures

Les cas-types « grandes cultures biologiques sans élevage » sont des modèles de systèmes agricoles. Ils sont construits à partir de données issues de fermes réelles. En tant que fermes fictives, ces cas-types sont des exemples de situations possibles ayant pour vocation de fournir une représentation de ce qui se fait dans la réalité. Bien qu’ils représentent des situations courantes, ils n’ont pas de valeur de représentativité statistique. Pour quoi faire ? Les cas-types grandes cultures biologiques sans élevage ont pour principal objectif d’apporter des références autour de la rotation des cultures dans les systèmes céréaliers biologiques. L’hypothèse de base est que la rotation est le principal levier agronomique dont disposent les céréaliers biologiques pour une bonne gestion de la fertilité et des adventices. En s’attachant à des points tels que la rotation, les itinéraires techniques, le parc matériel, l’exploitation, les intrants, les prix de vente, etc., les cas-types abordent les principaux aspects d’un système dans sa globalité. Ils permettent également de présenter la diversité des systèmes céréaliers biologiques à travers six types de terre présente en Poitou-Charentes.


Lire la suite



Qui sommes-nous ? | Contact | Plan du site
Conception & Réalisation : La Compagnie Hyperactive